Partenaire de notre paroisse :

Entraide des Églises pour la reconstruction – Aide dans l'Europe d'après guerre.


L'EPER se profile comme l'œuvre d'entraide des Églises protestantes suisses sur le plan national et international. Les initiatives d'aide qui émanaient du cercle des Églises réformées sont réunies au sein de cette nouvelle œuvre d'entraide commune.


1944/46
L'assemblée des délégués de la Fédération des Églises décide de coordonner une action d’aide de l’Église réformée suisse au profit des Églises réformées dans les pays en guerre. Heinrich Hellstern est nommé secrétaire central de l’EPER. Il est chargé de coordonner «l’aide et le travail de reconstruction acheminé par l’Église réformée ».


1945/46
L’EPER achemine de l’aide dans les pays d‘Europe dévastés par la guerre : elle y distribue 3'150 tonnes de nourriture, de vêtements et de livres pour une valeur totale d’environ 5,5 millions de francs.


Le 1er janvier 1946, l'EPER entre en fonction sur mandat des Églises protestantes suisses. Depuis lors, elle donne des signes d'espérance, fait barrage à la résignation et traduit l'amour du prochain en actes concrets.


1946
« L’œuvre d'entraide des Églises protestantes de Suisse» établit son siège central à Zürich et son secrétariat régional à Genève, puis à Lausanne. Elle prend son nom définitif en allemand : HEKS, dont la traduction française est EPER (Entraide Protestante des Eglises en Ruines).


1948
Durant la guerre froide, l’EPER apporte une entraide aux Églises des pays d’Europe de l’Est.


1949
L’EPER se charge de l’«aide protestante aux réfugiés » et récolte de l’argent pour l’accueil des réfugiés en Suisse. En juin 1944, l'assemblée des délégués de la Fédération des Eglises protestantes de Suisse (FEPS) décide de lancer une action de solidarité pour venir en aide aux victimes de la Deuxième Guerre Mondiale. Certaines Églises cantonales lancent leurs propres actions. A la fin de la guerre, la FEPS charge un pasteur de la coordination de toutes ces initiatives individuelles. Mais cette mesure ne suffit pas. C'est alors qu'une mise en commun des aides des différentes Églises est réellement mise sur pied. C’est ainsi que naît l’Entraide Protestante.



L’EPER s’engage pour un monde plus juste et plus humain. La dignité de chaque être humain est au cœur de son engagement. Cette dignité est à la base de la Déclaration universelle des Droits Humains et s’exprime entre autres dans les valeurs chrétiennes par l’amour du prochain. Ces deux dimensions constituent le fondement du travail de l’EPER.

Ce fondement implique un profond respect de l’EPER pour les êtres humains de toutes cultures et religions. C’est pourquoi l’EPER soutient les personnes dans le besoin indépendamment de leur appartenance culturelle ou religieuse. Notre œuvre d’entraide s’oriente dans son travail sur des objectifs tels que la justice, la paix et la sauvegarde de la création.

Les projets sont réalisés par l’intermédiaire et avec l’implication d’organisations partenaires locales. L’EPER promeut avec ces partenaires l’aide à soi-même. Ses interventions visent l’indépendance des personnes de toute aide extérieure et un aboutissement réussi des projets. C’est pour cette raison que la proximité et la collaboration avec la population sont importantes pour la conception et la mise en œuvre des programmes et des projets.

Les Églises membres de la Fédération des Eglises Protestantes de Suisse (FEPS) constituent la base de l’EPER et sont pour elle d’importants partenaires. Notre œuvre d’entraide s’appuie sur la collaboration avec les paroisses et les centres cantonaux Terre Nouvelle ainsi qu’avec d’autres groupements ecclésiaux.

L’EPER agit sur mandat des Églises réformées de Suisse. Celles-ci fixent le cadre de ses domaines d’intervention :

A l‘Etranger

En Suisse


Le développement des communautés rurales, la promotion de la paix et la transformation des conflits sont les thèmes prioritaires pour le travail à l’étranger. En Suisse, le travail est centré sur l’intégration sociale, le plaidoyer pour les requérants d’asile et les personnes socialement défavorisées.

EPER